mercredi 23 septembre 2009

Le dictionnaire des littératures hispaniques


Il n'y avait plus rien depuis 2005, depuis la parution de La littérature hispano-américaine de 1940 à nos jours de Claude Cymerman et Claude Fell (Nathan, 2001) bien entendu épuisé, jamais réimprimé.
La chose est réparée cet automne puisque vient de paraître ce formidable Dictionnaire des littératures hispaniques (Espagne et Amérique latine) dans la collection Bouquin chez Robert Laffont. Une vraie bible en 17000 entrées dirigée par Jordi Bonells qui rassemble et organise le savoir sur toutes ces littératures hispanophones jusqu'aux écrivains nés en 1962, la littérature ultra-contemporaine est donc bien présente (avec notamment des auteurs que l'on vient juste de découvrir en France - je pense par exemple à Daniel Sada).
Le dictionnaire fait aussi la par belle aux articles thématiques, sur les différentes histoires de la littérature d'Amérique centrale et latine, ainsi que sur les mouvements littéraires et les grands textes (encore une fois on trouve des recensions synthétiques sur les classiques contemporains jusqu'au 2666 de Bolano).
Bref nous voilà avec un outil indispensable et finalement bien rare dans le paysage éditorial. Les dictionnaires que proposent les PUF (Inde, Japon, Chine, Brésil...) ont le mérite d'exister mais sont des extraits de l'énorme Dictionnaire universel des littératures de 1994 qui ne faisait par la part belle au contemporain, et l'Histoire de la littérature américaine 1939-1989 de Pierre-Yves Pétillon (Fayard, 1992 puis 2003) aurait bien besoin d'une sérieuse mise à jour.
La littérature est mondiale mais il faut du temps pour synthétiser et fixer les savoirs...
Vous me rétorquerez qu'il y a Internet et Wikipédia...c'est sûr, mais avec ce genre de livres c'est toute une littérature que je tiens à portée de main, c'est comme si tous ces romans et poèmes étaient déjà un peu dans ma bibliothèque. C'est peut-être ça l'idée de la littérature portative.

3 commentaires:

  1. Dire que le Pétillon aurait besoin " d'une sérieuse mise à jour", c'est peut-être un peu exagéré. Le livre, dans son cadre chronologique certes bien délimité, reste splendide, magnifiquement écrit, et presque sans équivalent dans sa largeur de compas (Chénetier ignore royalement la SF et le polar).
    Disons plutôt qu'il faut que quelqu'un d'autre vienne prendre le relais pour le XXIe siècle !

    RépondreSupprimer
  2. Ouais Bustos, ce livre est indispensable. C'est du super boulot et outre les archi-contemporains, il y a aussi une tripotée de choses inconnues chez nous (contemporaines, ou plus anciennes) à traduire et éditer. J'en lis des bouts tous les soirs depuis sa sortie ! et je crois qu'il continuera d'illuminer les temps qui viennent.
    J'allais en parler, et non en fait, j'en reparlerai !

    Ajoutons qu'avec l'anthologie de poésie hispano-américaine parue au printemps chez Gallimard ("Ombre de la mémoire"), il y a de quoi plonger dans une culture entière pendant des années...

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement, ce que j'entendais par mise à jour correspond plus à ce que tu dis. Pétillon ouvre lui même les perspectives sur des auteurs qui sont aujourd'hui presque incontournables (Moody, Vollmann, Baker, Powers et j'en passe).
    Le travail reste à faire puisque le livre est épuisé lui aussi. L'espoir nous fera attendre.

    RépondreSupprimer