mardi 12 mai 2009

interruption involontaire et temporaire




Retour en ligne après plusieurs semaines d'absence dues principalement aux vacances et autres problème d'ordinateur en panne...
Toutefois je n'étais pas pour autant en panne de lectures.



Et pour commencer, je voudrais signaler deux rééditions en littérature nord-américaine qui augurent c'est à souhaiter une belle série.
Commençons par un maître encore ignoré en France (en tout cas par une grande partie du public puisque l'ensemble des traductions existantes sont épuisées et aucun éditeur ne semble pressé de les réimprimer), mais qui jouit aux Etats-unis d'une influence posthume considérable. Il s'agit de Donald Barthelme et de ses stupéfiantes nouvelles ultra-courtes. Barthelme est un expert, ses nouvelles sont minutieuses et précises, de véritables machines textuelles implacables et minimales, et même si ses textes peuvent paraître trop formaliste, il y a beaucoup a apprendre de son talent. On peut aussi lui coller la terrifiante étiquette "post-moderne", mais ce serait à mon sens réduire son oeuvre à une expression littéraire un peu étriquée.
Les nouvelles de La ville est triste (Gallimard, collection L'imaginaire) sont une aubaine, et pour les lecteurs anglophones il y a de quoi s'abreuver ici.

La deuxième réédition nous vient des éditions Cambourakis, il s'agit de Plage de Robert Steiner (encore un quasi inconnu en France), dans la magnifique traduction de Philippe Jaworski, et qui mérite mieux qu'une simple mention dans ce post (je vais m'employer à trouver un angle d'attaque pour faire ressortir cet étonnant mélange de moite érotisme un peu glauque. Plage est une expérience de lecture unique).

1 commentaire: