mercredi 2 avril 2008

Christian Bourgois

In memoriam

"J'ai eu le privilège de son amitié, et si je suis tellement ému en disant cela, c'est que je parle de quelqu'un que j'aimais comme un frère. Un ami, c'est un frère qu'on choisit.
Lui et moi on s'est choisi ès le premier jour. Pourquoi ? Selon la formule célèbre évoquant LaBoétie :" Parce que c'était lui, parce que c'était moi."
Pendant toutes ces années, on a eu non seulement une collaboration, mais une amitié très profonde. Quand il a été malade, je suis allé plusieurs fois à Paris pour être avec lui. Même là, il continuait à être un éditeur.
Christian, au fond, plus qu'un éditeur et plus qu'un ami, c'était un homme. Il est de plus en plus rare de trouver des hommes, il y en a très peu, et il a été un des très rares hommes que j'ai connu dans ma vie."
Antonio Lobo Antunes
in N.R.F. n°585 Avril 2008




3 commentaires:

  1. Pour ceux qui peuvent, Lobo Antunes est à Paris le 10 avril, le matin au Centre Censier de Paris III, l’après-midi au Centre culturel Calouste Gulbenkian

    RépondreSupprimer
  2. Bourgois, certainement un des meilleurs éditeurs de ces vingt dernières années...

    RépondreSupprimer
  3. Bustos ne fréquente que de bons éditeurs (Zulma, Cambourakis...) et il a raison !

    RépondreSupprimer